Page:Poe - Derniers Contes.djvu/70

Cette page a été validée par deux contributeurs.


aussi bigots que ceux d’autrefois ; — et à ce sujet j’ai à vous raconter quelque chose de bien drôle. Savez-vous qu’il n’y a pas plus de mille ans que les métaphysiciens consentirent à faire revenir les gens de cette singulière idée, qu’il n’existait que deux routes possibles pour atteindre à la vérité ? Croyez-le si vous pouvez ! Il paraît qu’il y a longtemps, bien longtemps, dans la nuit des âges, vivait un philosophe turc (ou peut-être Indou) appelé Aries Tottle[1]. Ce philosophe introduisit, ou tout au moins propagea ce qu’on appelait la méthode d’investigation déductive ou à priori. Il partait de principes qu’il regardait comme des axiomes ou vérités évidentes par elles-mêmes, et descendait logiquement aux conséquences. Ses plus grands disciples furent un nommé Neuclid[2] et un nommé Cant[3]. Cet Aries Tottle fleurit sans rival jusqu’à l’apparition d’un certain Hogg[4], surnommé le Berger d’Ettrick, qui prêcha un système complètement différent,

  1. Aristote.
  2. Euclide.
  3. Kant.
  4. Hogg, poète anglais, à la place de Bacon. Jeu de mots : Bacon en anglais signifiant lard, et hog, cochon.