Page:Poe - Derniers Contes.djvu/69

Cette page a été validée par deux contributeurs.


écris) assis sur les somptueux coussins de la salle ouverte au sommet, on peut tout voir dans toutes les directions. En ce moment il y a en vue une multitude de ballons, qui présentent un tableau très animé, pendant que l’air retentit du bruit de plusieurs millions de voix humaines. J’ai entendu affirmer que lorsque Jaune ou (comme le veut Pundit) Violet, le premier aéronaute, dit-on, soutint qu’il était pratiquement possible de traverser l’atmosphère dans toutes les directions, et qu’il suffisait pour cela de monter et de descendre jusqu’à ce qu’on eût atteint un courant favorable, c’est à peine si ses contemporains voulurent l’entendre, et qu’ils le regardèrent tout simplement comme une sorte de fou ingénieux, les philosophes (!) du jour déclarant que la chose était impossible. Il me semble aujourd’hui tout à fait inexplicable qu’une chose aussi simple et aussi pratique ait pu échapper à la sagacité des anciens savants. Mais dans tous les temps, les plus grands obstacles au progrès de l’art sont venus des prétendus hommes de science. Assurément, nos hommes de science ne sont pas tout à fait