Page:Poe - Derniers Contes.djvu/6

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sais et Critiques littéraires proprement dits, qui renferment, avec des vues originales et profondes, tant de pages étincelantes de bon sens, de verve malicieuse, de sagacité critique — et forment à coup sûr la meilleure histoire qui ait été écrite de la Littérature Américaine. Puis il faudrait y ajouter en entier les Marginalia, ou pensées détachées de Poe, dont l’excellente traduction partielle qu’en a tentée M. Hennequin nous a donné un précieux avant-goût. — Nous espérons, avec le temps, remplir cette tâche intéressante.

Il serait superflu de faire ici l’éloge des Contes et Essais qui composent ce volume. S’ils n’ont pas au même degré les caractères d’intérêt et de pathétique poignant, les hautes qualités pittoresques ou dramatiques de certains récits plus connus que l’on est convenu d’appeler les chefs-d’œuvre de Poe, ils se recommandent singulièrement pour la plupart, à notre avis, par une veine d’humour et de malice incomparable, et par une originalité de composition et de forme d’autant plus frappante que les sujets semblaient moins prêter à l’inattendu et à la fantaisie. Le fan-