Page:Poe - Derniers Contes.djvu/5

Cette page a été validée par deux contributeurs.


M. Hennequin, c’est que, de son propre aveu du reste, il y a dans sa traduction des lacunes qui nous ont paru assez importantes pour qu’on pût regretter cette mutilation, et la réparer au profit du lecteur.

Les morceaux critiques, tels que La Cryptographie, le Principe poétique, que nous traduisons pour la première fois, complèteront la série des Essais, si heureusement commencée par Baudelaire.

Cet Essai de Poétique, sous forme de Lecture, en nous révélant le Poe improvisateur et conférencier, nous initie à l’originale et contestable théorie qui lui tenait tant au cœur, et qu’il a essayé de mettre en pratique dans un grand nombre de petites pièces dont quelques-unes, sans compter Le Corbeau si connu, peuvent rivaliser avec ce qu’il y a de plus parfait en ce genre. L’exposition de cette théorie nous a valu l’Anthologie la plus exquise, la plus rare, qu’un dilettante aussi délicat que Poe pouvait recueillir parmi les petits chefs-d’œuvre de la poésie Anglaise ou Américaine.

Pour que l’Œuvre de Poe fût parfaitement connue, il resterait à traduire ses Es-