Page:Poe - Derniers Contes.djvu/276

Cette page a été validée par deux contributeurs.


phie, alla jusqu’à mêler ensemble au moins sept alphabets différents, sans intervalles entre les lettres, ou même entre les lignes. Beaucoup de ces cryptographies étaient datées de Philadelphie, et plusieurs lettres qui insistaient sur le pari furent écrites par des citoyens de cette ville. Sur une centaine de chiffres, peut-être reçus en tout, il n’y en eut qu’un que nous ne parvînmes pas immédiatement à résoudre. Nous avons démontré que ce chiffre était une imposture — c’est-à-dire un jargon composé au hasard et n’ayant aucun sens. Quant à l’épître des sept alphabets, nous eûmes le plaisir d’ahurir son auteur par une prompte et satisfaisante traduction.

Le journal en question fut, pendant plusieurs mois, grandement occupé par ces solutions hiéroglyphiques et cabalistiques de chiffres qui nous venaient des quatre coins de l’horizon. Cependant à l’exception de ceux qui écrivaient ces chiffres, nous ne croyons pas qu’on eût pu, parmi les lecteurs du journal, en trouver beaucoup qui y vissent autre chose qu’une hâblerie fieffée. Nous voulons dire