Page:Poe - Derniers Contes.djvu/275

Cette page a été validée par deux contributeurs.


possibilité d’en étendre l’usage à ce que l’on considère comme les opérations de la pure imagination — et par suite de la solution de l’écriture chiffrée. Il s’est aventuré jusqu’à déclarer qu’il se faisait fort de résoudre tout chiffre, analogue à ceux dont je viens de parler, qui serait envoyé à l’adresse du journal. Ce défi excita, de la façon la plus inattendue, le plus vif intérêt parmi les nombreux lecteurs de cette feuille. Des lettres arrivèrent de toutes parts à l’éditeur ; et beaucoup de ceux qui les avaient écrites étaient si convaincus de l’impénétrabilité de leurs énigmes qu’ils ne craignirent pas de l’engager dans des paris à ce sujet. Mais en même temps, ils ne furent pas toujours scrupuleux sur l’article des conditions. Dans beaucoup de cas les cryptographies sortaient complètement des limites fixées. Elles employaient des langues étrangères. Les mots et les phrases se confondaient sans intervalles. On employait plusieurs alphabets dans un même chiffre. Un de ces messieurs, d’une conscience assez peu timorée, dans un chiffre composé de barres et de crochets, étrangers à la plus fantastique typogra-