Page:Poe - Derniers Contes.djvu/176

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de mes patrons, MM. Coupe et Revenez-Demain. Je le dis avec des larmes dans les yeux — car ces messieurs se montrèrent à mon égard les derniers des ingrats. Le petit compte au sujet duquel nous nous querellâmes, et finîmes par nous séparer, ne peut, en aucun de ses articles, paraître surchargé à qui que ce soit tant soit peu versé dans les affaires. Cependant je veux me donner l’orgueilleuse satisfaction de mettre le lecteur en état de juger par lui-même. Voici le libellé de ma facture :

MM. Coupe et Revenez-Demain, Marchands Tailleurs.
À Pierre Profit, annonce ambulante.
Doivent :
10 Juillet. — Pour promenade habituelle, et pratique envoyée à la maison 
 L. 00, 25
11 Juillet. — Pour it. it. it. 
 » 25
12 Juillet. — Pour un mensonge, seconde classe ; habit noir passé vendu pour vert invisible. 
 » 25
13 Juillet. — Pour un mensonge, première classe, qualité et dimension extra ; recommandé une satinette de laine pour du drap fin. 
 » 75
20 Juillet. — Acheté un col de papier neuf, ou dicky, pour faire valoir un Pétersham gris. 
 » 2
15 Août. — Pour avoir porté un habit à queue doublement ouaté (76 degrés thermométriques à l’ombre) 
 » 25