Page:Plotin - Ennéades, t. II.djvu/311

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LIVRE TROISIÈME.
QUESTIONS SUR L’ÂME[1].
PREMIÈRE PARTIE.

I. Nous nous proposons de déterminer ici quelles sont, parmi les questions qu’on élève sur l’âme, celles qu’on peut résoudre avec certitude, et celles sur lesquelles il faut s’en tenir au doute, en regardant ce doute même comme la récompense de ses recherches. Voilà, nous le croyons, un sujet intéressant d’étude. Qu’y a-t-il en effet qui mérite mieux d’être examiné et traité avec soin que ce qui concerne l’âme ? L’étude de l’âme a, entre autres avantages, celui de nous faire connaître deux espèces de choses, celles dont elle est le principe et celles dont elle procède elle-

  1. Après avoir, dans les deux livres précédents, déterminé en général l’essence de l’âme, Plotin traite ici quelques-unes des principales questions que soulèvent sa nature et l’exercice de ses facultés : 1° Toutes les âmes ne sont-elles que les parties ou les émanations d’une seule Âme (§ 1-8) ? 2° Pour quelle cause et de quelle manière l’âme descend-elle dans le corps (§9-17) ? 3° L’âme fait-elle usage de la raison discursive quand elle est hors du corps (§ 18) ? 4° Comment l’âme est-elle à la fois divisible et indivisible (§ 19) ? 5° Quels sont les rapports de l’âme avec le corps (§ 20-23) ? 6° Où va l’âme après la mort (§ 24) ? 7° Quelles sont les conditions de l’exercice de la mémoire et de l’imagination (§ 25-32) ? — Pour les autres Remarques générales, Voy. les Éclaircissements sur ce livre à la fin du volume.