Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/58

Cette page n’a pas encore été corrigée


537 a ION 4o

tournant, dans la course de chevaux en l'honneur de Patrocle ' .

Ion. —

Toi-même, penche-toi sur le char bien poli, b à gauche, doucement; puis, le cheval de droite,

excite-le de l'aiguillon et de la voix; rends-lui la main. Que le cheval de gauche rase si bien la borne qu'on croie la voir touchée au bord par le moyeu de la roue ! Mais garde-loi de heurter la pierre !

c Socrate. — Il suffit. Si ces vers d'Homère, Ion, sont justes ou non, qui peut le mieux en juger, le médecin ou le cocher?

Ion. — Le cocher, évidemment.

Socrate. — Parce que c'est son art, ou pour une autre raison ?

Ion. — Non ; parce que c'est son art.

Socrate. — Chacun des arts a-t-il donc reçu du dieu la faculté de connaître un certain ouvrage? Car, n'est-ce pas? ce que nous connaissons par l'art du pilote, nous ne le connaî- trons pas aussi par l'art du médecin.

Ion. — Assurément non.

Socrate. — Ni par l'art du menuisier ce que nous connais- sons par celui du médecin.

Ion. — Non certes. d Socrate. — En est-il donc ainsi de tous les arts ? Ce que nous connaissons par l'un, nous ne le connaîtrons point par l'autre? Mais avant de me répondre là-dessus, dis-moi : accordes-tu que de deux arts, l'un diffère de l'autre ?

Ion. — Oui.

Socrate. — Pour moi, c'est en me fondant sur ce que

t. La course de chevaux en l'honneur de Patrocle était peut-être le nom de cette partie de l' Iliade. Platon, non plus qu'Arisiote, ne connaît d'autres divisions des poèmes homériques que celles qui sont marquées par le nom des épisodes essentiels (Atxat, Hipp. min., 364 e; Crat., 4a8 c ; 'AXxfvOti ar.oko^o'., Rép.. X, 6i4b; Têf/o-ja/'a, Ion, 54o b). La division de l'Iliade et de l'Odyssée en vingt-quatre chants a été l'œuvre des critiques alexandrins, peut-être de Zénodote (voir les observations de V. Bérard dans son Introduction à l'Odyssée, tome III, p. ia5 et suiv.). — Le passage cité ici est tiré de l'Iliade- XXIII, 335-34o : jeux célébrés par les Achéens après les funérailles de Patrocle.

�� �