Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/34

Cette page n’a pas encore été corrigée


a8 ION

de l'enseignement socratique, tandis que rien n'y annonce la théorie des Formes. Enfin l'allusion très précise faite à la situation d'Éphèse paraît bien indiquer que le dialogue n'a pas été composé après 391, et qu'on doit en fixer la date dans les trois ou quatre années qui précèdent 4 . Ulon se range natu- rellement, nous l'avons dit 2 , dans le groupe des ouvrages qui illustrent d'exemples particuliers l'enquête rapportée par Socrate dans Y Apologie. Faut-il en induire 3 que VIon, comme le premier Alcibiade, le Lâches, YEuthyphron, a suivi Y Apologie} Sur ce point l'argumentation de H. Raeder 4 n'emporte pas la conviction, et il est sage de ne pas conclure.

1. B. Keil, 0. L, s'arrête à 3g4-3, mais ses calculs fondés sur la date des Panathénées semblent ici fort hasardeux.

a. P. 17.

3. H. Raeder, o. I, p. 91.

l\. Si V Apologie avait été écrite après ces dialogues, on compren- drait mal, dit H. Raeder, qu'elle ne suive pas plus exactement, dans le récit de l'enquête entreprise par Socrate, les exemples déjà traités.

�� �