Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/31

Cette page n’a pas encore été corrigée


et d’une partie de la République, que F. Dûmmler 1 , suivi par F. Stâhlin 2 , propose de voir dans l'Ion.

L'Ion présente avec deux passages du Banquet de Xénophon des ressemblances indéniables 3 : « Mon père, dit Nicératos, soucieux de faire de moi un honnête homme, m’a contraint d’apprendre tous les vers d’Homère. Et aujourd’hui je serais en état de réciter en entier l'Iliade et l'Odyssée. — Ignores-tu, dit Antisthène, que tous les rhapsodes, eux aussi, savent ces vers? — Comment pourrais-je l’ignorer, réplique Nicératos, moi qui les entends presque chaque jour ? — Connais-tu donc une engeance plus sotte que les rhapsodes ? — Non par Zeus ! dit Nicératos, je ne crois pas. — Il est clair en effet, dit Socrate, qu’ils ne savent pas les sens allégoriques. Mais toi, tu as donné beaucoup d’argent à Stésimbrote, Anaximandre, et plus d’un autre, de sorte que rien ne t’a échappé des endroits qui ont de la valeur 4 . » Et plus loin : « Vous savez sans doute, dit Nicératos, qu’Homère, le plus savant des hommes, a traité dans ses poèmes de presque toutes les choses humaines. Celui de vous qui voudra acquérir les talents du bon intendant, de l’orateur ou du général, qu’il m’entoure donc de ses préve- nances ! Car toutes ces sciences m’appartiennent. — Connais- tu aussi l’art de régner?... dit Antisthène. — Oui, par Zeus! répond Nicératos, et je sais aussi qu’un conducteur de char doit tourner près de la borne (ici les trois vers de Ylliade, XXIII, 335-7). ^n o^e, je sais encore autre chose... Car Homère dit quelque part : « Par-dessus, de l’oignon, condi- ment du breuvage » (//., XI, 63o) 5 .

On s’est demandé depuis longtemps de quelle nature est le rapport entre les deux ouvrages. Dùmmler 6 refuse d’ad- mettre que Platon ait pu viser Nicératos ; il pense que Platon et Xénophon se réfèrent indépendamment à un même traité d’ Antisthène. D’après Ast, l’auteur de Ylon (faussement attribué à Platon) s’est inspiré à la fois du Banquet de Xéno-

1. O. l. y p. 62. Sur ce point, d’ailleurs, Dûmmler n’est pas affirmatif.

2. O. I, p. 32.

3. Wilamowitz, 0. /., p. 3£.

4- Banquet, 3, 5-6 ; cf. Ion, 53o c d.

5. Banquet, 3, 6-7 ; cf. Ion, 537 a D ’■> 538 c.

6. O. L, p. 3o.