Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/300

Cette page n’a pas encore été corrigée


307 a EUTHYDÈME 197

Criton. — Sans aucun doute.

Socrate. — Eh bien, dans chacun de ces arts ne vois-tu pas la plupart des gens se couvrir de ridicule en tout ce b qu'ils font ?

Criton. — Si, par Zeus ! c'est bien la vérité.

Socrate. — Eh bien, iras-tu pour ce motif fuir toi- même toutes les occupations et les interdire à ton fils ?

Criton. — Non, Socrate, ce ne serait pas juste.

Socrate. — Garde-toi donc, Griton, de faire ce qu'il ne faut pas. Envoie promener ceux qui pratiquent la philosophie, qu'ils soient bons ou mauvais, mais l'objet même de leur activité, mets-le soigneusement à l'épreuve. S'il te paraît sans c valeur, détournes-en tout le monde, et non pas seulement tes fils; si, au contraire, il te semble tel que je le juge moi- même, mets-toi hardiment à sa poursuite, et exercez-vous à son étude, « depuis le père», comme on dit, «jusqu'aux petits enfants » .

1 . Pour ce dicton, voir Lois, VII, 8o4 d ; cf. Aristote, * A 8 . zoX . , XVI fin.

�� �