Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/29

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTICE a3

La date du A quelle époque l'entretien est-il censé

dialogue. avoir lieu ? On apprend (54 i c) qu'Éphèse

est sous le pouvoir civil et militaire d Athènes. Or la patrie du rhapsode, qui, entrée dans la première confédération maritime, restait encore fidèle à la cause athénienne en [\nl\ x , s'en détacha quelques années plus tard. Avant l'expédition de Sicile, elle tomba, semble-il, aux mains du satrape Tissa- pherne 2 , et dès lors prit ouvertement parti contre Athènes. Mais on la voit, en 3q4, se séparer de Sparte pour conclure avec Rhodes, Samos, Gnide et lasos, une ligne défensive favo- rable à Athènes 3 ; puis de nouveau, en 391/390, se rapprocher de Sparte; en 388/387 elle est à ses côtés 4 . D'après cette première indication, on rapportera la date svpposée de l'entretien soit aux années qui ont précédé 4ï5, soit à la période qui va de 394 à 387 ou, plus exactement, à 391.

C'est à cette dernière qu'il faut s' arrêter. Socrate mentionne 5 en effet trois étrangers : Apollodore de Cyzique, Phanosthène d'Andros et Héraclide de GJazomène, qui se sont vu confier par Athènes des commandements militaires et d'autres charges. Le même fait est rapporté d' Apollodore et d'Héraclide par Élien 6 , d'Héraclide et de Phanosthène par Athénée 1 . D'ailleurs ces deux écrivains n'ajoutent rien à l'indication de Platon, qu'ils se bornent visiblement à reproduire. Wila- mowitz, après Bergk, a d'abord 8 voulu reconnaître dans Apollodore le personnage de ce nom dont parle Pausanias 9 , un chef de mercenaires qui avait sa tombe au Céramique. Or, cet Apollodore étant contemporain de Philippe, l'identi- fication, si elle était exacte, démontrerait que Ylon n'est pas authentique. Mais dans son ouvrage sur Platon, paru en 1920 10 , Wilamowitz renonce à ce rapprochement : Pausanias,

1. Thucydide, IV, 5o.

2. Bûrchner dans Pauly-Wissowa, 5 2 , p. 2790.

3. Cf. Pausanias, VI, 3, 6.

A. B. Keil, Die Rechnungen iiber den Epidaurischen Tholosbau (Mitt. des kaiserl. deutsch. arch. Inst. Athen. Abtheil. XX, 1895, p. 76).

5. 54 i cd.

6. Histoire variée, XIV, 5.

7. XI, n4.

8. Aristoteles und Athen, I, p. 188, 4.

9 Ii 29, 7- 10, Vol. II, p. 33.

�� �