Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/288

Cette page n’a pas encore été corrigée


302 e EUTHYDÈME 191

e Car tu l'as reconnu : tout ce qui a vie est animal. Ou bien faut-il croire que ces dieux n'ont pas vie ? — Si, dis-je. — Ils sont donc aussi des animaux? — Oui, répondis-je. — Et parmi les animaux, reprit-il, tu as reconnu comme tiens ceux que tu peux donner, vendre, enfin sacrifier à la divinité de ton choix. — Je l'ai reconnu, dis-je ; nul moyen de me rétracter, Euthydème. — Eh bien, allons ! dis-moi tout de suite, reprit-il ; puisque tu reconnais pour tiens Zeus et les

303 a autres dieux, t'est-il permis de les vendre, ou de les donner,

ou d'en faire autre chose à ta guise comme des autres ani- maux ? »

Moi, Griton, comme assommé 1 par cet argument, je res- tais sans voix sur la place. Mais Ctésippe vint à mon aide : « Bravo 2 , Héraclès ! dit-il, le beau raisonnement ! » Et Dio- nysodore: « Est-ce, dit-il, Héraclès qui est bravo, ou bravo Héraclès 3 ? » Là-dessus Ctésippe: « Poséidon, dit-il, les prodigieux raisonnements ! Je quitte la partie ; ils sont invin- h cibles, ces deux hommes ! »

A cet endroit, mon cher Criton, tous les assistants s'ac- cordèrent à porter aux nues le raisonnement et les deux étrangers ; ils riaient, battaient des mains, manifestaient leur joie à en perdre presque le souffle 4 . Jusque-là il n'y avait eu, pour applaudir chaque trait avec un merveilleux ensemble, que les admirateurs d'Euthydème ; mais alors, c'est tout juste si les colonnes du Lycée ne se mirent pas de la partie pour saluer nos deux personnages de leurs applaudissements charmés. Moi-même, je me sentis disposé à convenir que c jamais encore je n'avais vu pareils savants ; et, complè- tement subjugué par leur science, je me pris à faire leur éloge et aies célébrer: « Que vous êtes heureux, dis-je, avec ces dons admirables, d'être si vite, en si peu de temps, venus

1. Comp. Protagoras, 33g e. Une réponse de Protagoras vient de soulever parmi les assistants une approbation bruyante. Socrate se sent pris de vertige, « comme s' il avait été frappé par un bon pugiliste » (rXTjyetç).

a. Exclamation analogue à 7:aj:aT, pour marquer la surprise et l'admiration.

3. Cet inepte sophisme consiste à établir un rapport d'attribut à sujet entre deux termes juxtaposés fortuitement et qui n'ont aucun lien nécessaire l'un avec l'autre. Voir la Notice, p. ia4.

4. Pour le sens de -apsTaÔTjaav, cf. Lysis. ao4 c ; Banquet, 207 b.

�� �