Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/282

Cette page n’a pas encore été corrigée


300 d EUTHYDÈME 188

devint au moins dix fois plus grand. C'est de leur propre bouche que mon coquin de Gtésippe avait recueilli ces fines- ses ; car en dehors d'eux pareil talent n'appartient aujourd'hui à personne, e Je dis alors : « Pourquoi ris-tu, Ciinias, de choses si sérieuses et si belles ? »

« As- tu donc, Socrate, jamais vu une belle chose ? » dit Dionysodore.

« Oui, répondis-je, et même plusieurs, Dionysodore. »

301 a « Différentes du beau, ou se confondant avec lui ? »

Moi, l'embarras me mit alors dans tous mes états, et je me crus justement puni d'avoir ouvert la bouche. Je répondis pourtant : ce Elles diffèrent du beau en soi ; néanmoins cha- cune d'elles s'accompagne d'une certaine beauté. »

« Donc, s'il se trouve un bœuf auprès de toi, dit-il, tu es bœuf 1 , et parce qu'en ce moment je suis à tes côtés, tu es Dionysodore ? »

« Ne blasphème pas ainsi ! 2 » répondis-je.

« Mais comment une chose, si elle est accompagnée d'une autre, pourrait-elle être autre? » b « C'est cela, dis-je, qui t'embarrasse?» Et déjà j'essayais pour mon compte d'imiter la science de nos gens, car elle fai- sait mon envie.

« Comment ne pas être embarrassé, dit-il, moi comme tout le monde, devant ce qui n'est point? »

« Qu'est-ce à dire, Dionysodore ? demandai-je, le beau n'est-il pas beau, et le laid n'est-il pas laid ? — Si c'est mon avis, dit-il. — Eh bien, est-ce ton avis ? — Parfaitement, dit-il. — Le même est aussi le même, et l'autre est autre ? c Car l'autre n'est évidemment pas le même 3 ; et pour moi, je n'eusse pas cru un enfant capable de douter que l'autre fût autre. Mais c'est un point, Dionysodore, que tu as négligé à dessein, car pour le reste vous me semblez pareils aux

i. Est-ce une allusion à la théorie des Formes, et une parodie des sarcasmes d'Antisthène contre cette théorie ? (Cf. Notice, p. 129).

2. Socrate veut dire qu'il est sacrilège de l'assimiler, lui un ignorant, à un homme d'une sagesse aussi divine que Dionysodore.

3. Dionysodore a dit qu'une chose ne peut, au voisinage d'une autre, devenir autre (qu'elle n'est). A l'exemple des deux sophistes, Socrate joue sur le sens de autre. Il répond que l'autre est autre (qu'autre chose), c'est-à-dire : est ce qu'il est.

�� �