Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/280

Cette page n’a pas encore été corrigée


300 a EUTHYDÈME 187

cieux ! Mais tu m'as l'air, Euthydème, d'être endormi tout éveillé, et, s'il est possible de parler sans rien dire, d'être justement en train de le faire. » b « N'est-il donc pas possible, demanda Dionysodore, de joindre la parole au mutisme 1 ? — En aucune façon, répon- dit Gtésippe. — Ni le mutisme à la parole ? — Encore moins, dit-il. — Quand tu parles de pierres, de bois et de morceaux de fer, n'appliques-tu donc pas la parole à des choses muettes? — Pas si je passe, dit-il, auprès d'eux dans les forges ; le fer prend une voix, dit-on, et crie très fort, si on le touche. Ainsi ton habileté t'a empêché de voir que tu parlais pour rien. Mais venez-en au second point, et montrez-moi comment il est possible de joindre le mutisme à la parole. »

Et Gtésippe, me sembla-t-il, s'escrimait de plus belle à c cause de son bien-aimé.

« Quand tu es muet, dit Euthydème, ne l'es-tu pas sur toutes choses ? — Oui, répondit l'autre. — Tu es donc muet sur celles qui parlent, puisqu'elles font partie de toutes choses ? — Comment ? dit Gtésippe, ne sont-elles pas toutes muettes? — Evidemment non, dit Euthydème. —Mais alors, excellent Euthydème, elles parlent toutes ? — Du moins, sans doute, celles qui parlent. — Ce n'est pas ma question, dit l'autre ; je demande si toutes sont muettes ou parlent. »

« Ni l'un ni l'autre et les deux ensemble, dit Dionysodore, d saisissant la parole: je suis bien sûr que de cette réponse tu ne sauras rien tirer. »

Là-dessus Gtésippe, à son habitude, fit un immense éclat de rire : « Euthydème, dit-il, ton frère a répondu pour et contre 2 ; le voilà perdu, et sa défaite consommée ! » Clinias, au comble de la joie, se mit à rire, si bien que Gtésippe en

servir des crânes de leurs ennemis pour en faire des coupes. Les riches en font dorer l'intérieur ». L'équivoque porte sur le double sens de éauxtov (leurs crânes).

1. Le sophiste va encore jouer sur le double sens de aiywvToc Xeysiv : parler en se taisant, parler de choses gui se taisent.

2. Le mot s'appliquait proprement aux énigmes (ypiooi) que les Grecs se proposaient après le repas, et où ils réunissaient des termes en apparence contradictoires. Ctésippe triomphe d'autant plus qu'il peut faire à Dionysodore le reproche qu'Euthydème adressait déjà à son frère (297 a), en le blâmant d'attribuer à Socrate deux qualités inconciliables.

�� �