Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/266

Cette page n’a pas encore été corrigée


295 b • EUTHYDÈME 180

à tes ordres. Quand je ne saurai ce que tu demandes, m'or- donnes-tu de répondre quand même, sans supplément d'information ? » c « Tu comprends sans doute, dit-il, quelque chose à mes paroles ? »

« Oui », dis-je.

« Réponds donc à ce que tu comprends. »

« Et si tu donnes, toi, tel sens à ta demande, lui dis-je, et que moi, comprenant autrement, je règle là-dessus ma ré- ponse, te suffit-il qu'elle soit sans rapport avec la question 1 ? »

« A moi oui, dit-il, mais non à toi, j'imagine. »

« Eh bien, par Zeus ! dis-je, je ne répondrai pas avant d'être renseigné. »

« Tu ne répondras jamais à ce que tu comprends, dit-il, parce que tu ne cesses de dire des sornettes, et que tes manières sont par trop d'un autre âge 2 . » d Je sentis alors qu'il se fâchait de mes distinctions, parce qu'il voulait me prendre au piège de ses mots 3 . Et je me sou- vins de Gonnos 4 : lui aussi, il se fâche contre moi chaque fois que je lui résiste ; après quoi il me néglige, comme ayant la tète dure. Or, comme j'étais bien déterminé à prendre aussi ses leçons, je crus nécessaire de céder, de peur que, me jugeant obtus, il ne refusât de m'accepter pour disciple. Je e repris donc : « Eh bien, Eutbydème, si ton avis est de pro- céder ainsi, il faut le faire ; de toute façon tu sais discuter mieux que moi ; tu es du métier, et je suis un profane. Reprends donc ton questionnaire depuis le début. »

« Et toi tes réponses, dit-il. Dois-tu ou non ton savoir à une cause ? — Oui, dis-je, à mon âme. »

296 a « Voilà encore, dit-il, sa réponse qui déborde la question î

Je ne demande pas, moi, à laquelle tu dois ton savoir, mais si c'est à une cause. »

« Si j'ai encore trop répondu, dis-je, c'est faute d'édu- cation ; pardonne-moi. Je répondrai tout simplement que je

î. "E~o; : l'objet de l'entretien. Cf. jcp£c Xoyov, Prot., 35i e, etc.

1. Littér. tu es plus vieux qu'il ne faut, c'est-à-dire : par trop radoteur (cf. 287 b). Pour àpyaîo;, cf. Hipp. min., S'ji d.

3. Littér. les ayant disposés autour de moi, comme des filets de chasse.

t\. Cf. 27a c.

�� �