Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/262

Cette page n’a pas encore été corrigée


294 b EUTHYDÈME i 7 8

amenés à parler sérieusement — vous-mêmes, savez-vous réellement tout ? par exemple, l'art du charpentier et celui du cordonnier ? »

« Parfaitement, répondit-il.

« Et tirer le ligneul, en êtes-\ous capables ? »

« Et même, par Zeus ! de ressemeler », dit-il.

« Et les connaissances comme celle du nombre des étoiles et des grains de sable ? »

« Parfaitement, dit-il ; crois-tu donc que nous n'en conviendrions pas ? »

Alors Gtésippe prit la parole: « Au nom de Zeus !, dit-il, c Dionysodore, faites-m'en voir une preuve capable de m'ap- prendre que vous dites vrai. »

« Laquelle dois-je te donner? », dit-il.

« Sais-tu combien de dents a Euthydème, et Euthydème sait-il combien tu en as * ? »

a Ne te suffit-il pas, dit l'autre, d'avoir appris que nous savons tout ? »

« N'en crois rien, répliqua-t-il, et sur ce point seule- ment répondez-nous encore ; faites voir que vous dites vrai. Si vous nous dites combien en a chacun de vous, et si nous constatons que vous le savez, en en faisant le compte, dès lors nous vous croirons pour le reste. » d Pensant qu'on se moquait d'eux, ils refusèrent, se bornant à soutenir qu'ils savaient tout, à chaque question de Gtésippe. Car Gtésippe, sans se cacher le moins du monde, finissait par leur poser toutes les questions imaginables, jusqu'aux plus incongrues, leur demandant s'ils savaient ; et tous deux, avec la plus grande bravoure, ils tenaient tête à l'interrogatoire en affirmant leur science, comme les sangliers qui se jettent au- devant des coups. Si bien que moi-même, Griton, l'incrédu- e lité me contraignit finalement à demander [à Euthydème 3 ] si Dionysodore savait aussi danser. Et lui : « Parfaitement », dit-il.

i. Dans la mer. "Aiajjlo; : sable marin; cf. Phédon, no a.

a. Gtésippe imagine ici, par raillerie, comme une variante du jeu de mourre. La question est d'autant plus indiscrète que les deux sophistes — des vieillards — n'ont sans doute plus beaucoup de dents. Cf. Aristophane, Plutus, v. io57-io58.

3. Hermann a retranché avec raison tov Eù8ûo7){xov. La suite montre en effet que le personnage qui répond est celui qui possède ce talent, c'est-à-dire Dionysodore.

�� �