Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/244

Cette page n’a pas encore été corrigée


287 d EUTHYDÈME 168

« Eb bien, dis-je il faut obéir; j'y suis forcé, semble-t-il, car c'est toi qui commandes. Interroge donc. »

« Est-ce en étant animés que les êtres doués de sens ont du sens ', ou peut-on le dire aussi des inanimés ?

« Ce sont les êtres animés. »

« Connais- tu, dit-il, une phrase animée?

« Non, par Zeus ! pas moi. » e « Pourquoi donc demandais-tu tout à l'heure quel était le sens de ma phrase ? »

a Que veux-tu? dis-je, je me suis trompé; la faute en est à ma paresse d'esprit. Mais me suis-je trompé, et n'ai-je pas eu raison de dire que les phrases ont un sens ? Qu'en dis-tu ? Me suis-je trompé ou non? Si je n'ai fait erreur, tu ne pourras non plus me réfuter, avec tout ton savoir, et tu ne sais que faire de mes paroles; et si j'ai fait erreur, en ce

288 a cas aussi tu as tort, en prétendant qu'on ne peut se tromper.

Et ce n'est pas à tes discours de l'an passé que s'adresse ma remarque. Mais, repris-je, Dionysodore et Euthydème, voilà un raisonnement qui paraît rester au même point, et, aujour- d'hui comme autrefois, tomber lui-même après avoir abattu l'adversaire 2 . Le moyen d'éviter ce sort, votre art même ne semble pas lavoir découvert encore, tout admirable qu'il est d'ailleurs pour la rigueur de la discussion. »

Alors Gtésippe : « Merveilleux discours que les vôtres, gens b de Thurium ou de Ghios 3 ,ou de tel lieu et de tel nom qu'il vous plaise d'être appelés ! Peu vous importe de divaguer. » Moi, craignant qu'on n'en vînt aux injures, je me remis à calmer Ctésippe: « Gtésippe, repris-je, ce que je disais tout à l'heure à Clinias 4 , jeté le répète à toi-même : tu ne comprends pas que le savoir de ces étrangers est merveil- leux, mais qu'ils n'ont pas voulu nous donner sérieuse- ment une leçon. A l'exemplede Protée 5 , le sophiste égyptien,

i. Dionysodore va jouer sur le double sens de voeîv : comprendre (ou concevoir) — et signifier.

2. KaxaSaXtov — zl^tsiv : deux termes pris à la lutte ; cf. 286 c. Tô naXcuôv vise les anciens sophistes, et notamment Protagoras.

3. Les deux appellations, en effet, conviennent également aux deux sophistes (271 c). Gtésippe s'adresse ironiquement à eux, en employant la formule de précaution usitée pour les dieux (cf. Cratyle, 4oo e).

4. Allusion à 277 d.

5. Odyssée, IV, 454 sq. Cf. Ion, 54 1 e, et la note.

�� �