Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/238

Cette page n’a pas encore été corrigée


286 a ELTHYDÈME i65

l'heure 1 que nul ne parle d'une chose comme elle n'est pas ; ce qui n'existe point, personne ne le dit, nous l'avons vu. — Qu'importe? répondit Gtésippe; ne nous contredisons- nous pas moins, toi et moi? — Nous contredirions-nous, reprit l'autre, en parlant tous deux du même objet? N'est-il pas vrai qu'ainsi nous dirions les mêmes choses ? » Il l'accorda. « Mais quand nous ne parlons ni l'un ni l'autre de cet objet, b pourrions-nous alors nous contredire ? N'est-il pas vrai qu'en ce cas aucun de nous ne ferait même la moindre mention de l'objet? » Il en convint encore. « Mais quand je parle, moi, de cet objet, et que tu tiens, toi, d'autres propos sur un autre, serait-ce alors que nous nous contredisons ? N'est-il pas vrai que, moi, je parle de l'objet, alors que, toi, tu n'en dis abso- lument rien? or, sans parler, comment contredire celui qui parle? »

Discussion Là-dessus, Gtésippe se tut; mais moi,

de Socrate surpris de ce discours : « Que veux-tu

et Ctésippe dire, Dionysodore? demandai-je. Voilà

c avec les sophistes. e n effet une thèse que j'ai déjà entendue de bien des gens et bien des fois, et toujours avec surprise. L'école de Protagoras en faisait grand usage, et de plus anciens encore 2 ; pour moi, je la trouve toujours surprenante; elle me parait à la fois ruiner les autres et se ruiner elle-même. Mais tu m'en apprendras, je pense, la vérité mieux que per- sonne. Parler faux est impossible, n'est-ce pas? — c'est là le sens de ta proposition, n'est-il pas vrai ? — et il faut nécessai- rement ou bien dire vrai, si l'on parle, ou ne pas parler? »

Il l'accorda. d « Si parler faux est impossible, est-il pourtant possible de penser faux ? »

a Pas davantage, dit-il.

« Alors, dis-je, il n'existe absolument pas non plus d'opi- nion fausse.

1. Allusion à a84 c : « Personne ne dit ce qui n'est pas ».

2. Protagoras disait : « L'homme est la mesure de toutes choses. » Il en résultait que toute opinion individuelle est également vraie et fausse, selon le point de vue où Ton se place, ce qui rend la contra- diction impossible (Théétète, i5i e-i52 c; 171 c). — « Déplus anciens encore » semble viser Parménide. Il soutenait que, le non-être n'existant pas, le faux ne peut exister davantage, puisque par défini- lion il donnerait l'être à ce qui n'en a pas (voir le Sophiste).

�� �