Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/210

Cette page n’a pas encore été corrigée


276 c EUTHYDÈME i5i

laisser au jeune garçon le temps de reprendre bien et dûment haleine, Dionysodore saisit la balle à son tour : o Et toutes les fois, Clinias, dit-il, que le grammatiste vous récitait 2 , quels sont les enfants qui apprenaient la récitation, les savants ou les ignorants ?» — Les savants, dit Clinias. — Alors ce sont les savants qui apprennent, et non les igno- rants, et tout à l'heure tu n'as pas bien répondu à Euthydème. » d Là-dessus, les rires et les applaudissements redoublèrent parmi les admirateurs 3 de nos deux personnages, charmés de leur savoir ; nous autres, nous restions muets de saisissement. Nous voyant frappés de stupeur, Euthydème, pour accroître encore notre admiration, ne voulait pas lâcher le jeune homme ; il continua l'interrogatoire, faisant, à la manière des bons danseurs, tourner deux fois 4 ses questions sur le même sujet : « Les élèves, dit-il, apprennent-ils donc ce qu'ils savent ou ce qu'ils ignorent ? »

Et derechef Dionysodore me chuchota doucement : « Voilà e encore, Socrate, un nouveau tour semblable au précédent. »

a O Zeus ! répondis-je, le précédent, ma parole ! nous avait déjà fait voir une bien jolie chose. »

« Toutes nos questions, Socrate, sont du même genre, dit-il ; on ne peut s'en tirer. »

« Aussi, repris-je, me semblez-vousêtreen grande considé- ration auprès de vos disciples. »

Cependant Clinias répondit à Euthydème que les disciples apprennent ce qu'ils ne savent pas ; et l'autre lui demanda, 277 a avec les mêmes procédés qu'auparavant : « Eh bien, ne sais-tu pas les lettres ? — Oui, dit-il. — Toutes sans excep- tion ? » — Il le reconnut. — « Quand on récite n'importe quoi, n'est-ce pas des lettres que l'on récite? » Il en convint. « On récite donc une partie de ce que tu sais, dit l'autre, s'il

i. Littéralement: il prit la suite (d 'Euthydème), comme au jeu de la balle ; cf. 277 b.

a. Le sens propre de à-o?-o\i.cLZ'Xtiv paraît être : débiter de mémoire.

3. Appliqué aux disciples des sophistes, oi ïpctaxai n'a pas ici la même nuance que quand il désigne les amants de Clinias : il souligne avec une exagération moqueuse l'admiration des élèves pour leurs maîtres. Cf. Protagoras, 317 d.

4- Allusion, comme le montre le contexte, à une figure de danse, sens confirmé par Hésychius, s. v. Ôt^Xr]. On ne sait d'ailleurs au juste en quoi consistait cette figure.

�� �