Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/202

Cette page n’a pas encore été corrigée


273 d EUTHYDÈME i4 7

choses-là, Socrate, ne sont plus l'objet de notre étude; nous les tenons pour accessoires. »

Et moi, tout surpris : ce Ce doit être, dis-je, une bien belle occupation que la vôtre, si des sujets de cette importance sont accessoires pour vous. Au nom des dieux, dites-moi quelle est cette belle chose. »

« La vertu, Socrate, répondit-il. Nous nous croyons capa- bles de l'inculquer mieux que personne et plus rapidement. » e « Zeus ! m'écriai-je, que dites-vous là ! Où avez- vous fait cette heureuse trouvaille ? Pour ma part, j'en restais sur vous à l'idée que j'exprimais tout à l'heure: je me figurais qu'un objet aussi important que le combat en armes occupait votre habileté, et voilà ce que je disais de vous ; car, lors de votre premier séjour *, c'était, je m'en souviens, de quoi vous faisiez profession 2 . Si aujourd'hui vous possédez vraiment la science dont vous parlez, soyez-moi propices 3 , — je m'adresse à vous

274 a absolument comme à des divinités, pour vous demander

pardon de mes propos passés. Voyez pourtant l'un et l'autre, Euthydème et Dionysodore, si vous dites vrai ; la grandeur de votre promesse rend bien naturelle la défiance. »

« N'en doute pas, Socrate, dirent-ils ensemble : il en est ainsi. »

« Alors je vous félicite de cette acquisition, bien plus que le Grand Roi de son empire. Mais dites-moi seulement : avez- vous l'intention de montrer votre savoir? Quelle décision avez-vous prise ? »

« C'est justement l'objet de notre présence, Socrate. b Nous voulons le montrer et l'enseigner à qui désire l'ap- prendre. »

« Ce sera le désir de tous ceux qui ne le possèdent pas — je vous le garantis — , de moi d'abord, puis de Glinias que vous voyez et, en outre, de Gtésippe que voici, et de toutes

1 . L'entretien a lieu lors du second séjour que font les sophistes à Athènes. Ils y étaient déjà venus un an ou deux auparavant (272 b).

2. 'ErcaYYéXXesOai est le terme consacré pour désigner ce que les sophistes s'engageaient à enseigner (cf. plus bas eTzàyY'EXu.a). Gomp. Protagoras, 3 19 a : « A ce qu'il me semble, dit Socrate, tu veux parler de la politique et tu promets de former de bons citoyens. — C'est cela même, répond Protagoras ; voilà l'engagement que je prends » (xô sTcàYYsXjxa s^ayY&Xo^ai).

3. Formule de prière aux dieux, particulièrement pour s'excuser

�� �