Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/189

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTICE i3 9

Sur la date où est censé avoir lieu Ten- de VEufhydème. * retien : l'Euthydème ne fournit que des indications vagues. Les deux sophistes, aujourd'hui des vieillards, ont été expulsés de Thurium depuis de longues années (271 c). Peut-être avaient-ils pris part à la colonisation de 443. Schleiermacher rattachait leur bannisse- ment aux mesures de représailles dont le parti athénien de Thurium eut à souffrir en 4i3 et qui ramenèrent à Athènes Lysias et son frère. La chose n'est pas impossible, mais on n'aperçoit pas de relation nécessaire entre ces deux ordres de faits. D'autre part il est question de Protagoras (286 c) dans des termes qui paraissent impliquer qu'il n'existait plus à cette époque (êypwvTo). Si l'on pouvait avec certitude fixer la mort de Protagoras en An» il en résulterait que l'entretien se passe après cette date. Socrate est déjà ucesêÛTepoç (272 a), et les enfants qui prennent avec lui les leçons de Gonnos se moquent, en le voyant, de leur maître de cithare qu'ils appel- lent YfisovToStBacxaXoç (272 c). Ces indications ne prouvent pourtant pas que l'entretien se place dans les dernières années de Socrate. Il est sûrement antérieur à 4o4, puisqu'Alcibiade vit encore (275 b). Nous savons trop peu de chose sur Cli- nias pour tirer parti du renseignement que Platon nous donne sur son âge en l'appelant f/ftpdxtov *. Mais Wilamo- witz 2 fait remarquer que Critobule sort à peine de l'adoles- cence (271 b), tandis qu'au moment du procès de Socrate il a déjà une fortune personnelle, puisqu'il s'offre à payer l'amende avec son père 3 . L'entretien serait donc antérieur de plusieurs années à 399 ; peut-être se place-t-il vers 4oo. Il serait d'ailleurs beaucoup plus intéressant de déterminer avec exactitude l'époque où fut écrit YEuthydème. Frappé du grand nombre de problèmes auxquels touche le dialogue, Horn 4 le considère comme une sorte de programme, anté- rieur à la maturité philosophique de Platon. Il le place avane le Gorgias et même avant le Protagoras, après le Lysis et lt Charmide, mais dans le même groupe que ces deux derniers

��1. 271 hetpassim.

2. O. L, p. i54.

3. Platon, Apologie, 38 b. h. O. I, p. 181.

�� �