Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/159

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTICE

��h'Eulhydème s'ouvre par une conversa-

  • „ r« a 2 G „ tion entre Critonet Socrate (27 1 a-272 dY

de 1 ouvrage. /A • i ,

La veille, au Lycée, Cri ton s est trouve

présent à un entretien de Socrate avec deux étrangers, mais la foule des auditeurs ne lui a pas permis d'entendre. Quels étaient ces deux inconnus ? Sur quoi a porté la discussion ? En réponse, Socrate indique à Criton tout ce qu'il sait lui- même d'Euthydème et de Dionysodore, puis il rapporte l'entretien.

Ce long récit (272 d-3o4 b) est la partie capitale de l'ou- vrage. D'abord (272 d-275 c) Socrate raconte comment, se trouvant au Lycée, et sur le point de partir, il a été entouré par les deux sophistes suivis de leurs disciples, et par Glinias accompagné de ses adorateurs. Euthydème et Dionysodore se disent capables d'inculquer la vertu mieux et plus rapidement que tout autre. Émerveillé, mais encore incrédule, Socrate les invite à faire la preuve de ce savoir. Il leur désigne Glinias, à qui ses amis s'intéressent particulièrement : qu'ils lui per- suadent d'aimer la science et de cultiver la vertu !

Un premier entretien d'Euthydème et Dionysodore avec Glinias (2700-2770) ne donne aucun résultat, sinon de réduire le jeune homme au silence par des raisonnements contradictoires. Socrate intervient alors. Il essaie de rassurer Clinias en lui expliquant qu'il ne s'agit là que d'une sorte de prélude à l'initiation. Et, se tournant vers les sophistes, il renouvelle sa demande. Mais il va, cette fois, leur indiquer lui-même comment il conçoit cette exhortation à la vertu (277C-278 e).

C'est donc lui qui se substitue aux deux sophistes. Interro-

�� �