Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/15

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTICE 9

proprement dites ce propos de Nicératos, dans le Banquet de Xénophon : « Je les entends presque tous les jours 1 . »

Le débit des rhapsodes n'était pas accompagné de lyre. Les mots dont se serventles anciens pour le désigner (onzccyyik'kEiv , Xsyetv) montrent, d'autre part, qu'il n'avait rien d'un chant. Le rhapsode récitait, ou déclamait; le terme de pa<];a>oYa, comme celui de aBeiv, très souvent employé pour les poèmes épiques, ne doit pas faire illusion 2 . Mais son art se rap- prochait par la mimique de celui des acteurs 3 . Platon nomme souvent côte à côte pa^coSoi et u7to>cpiTai 4 . Les rhapsodes apparaissaient sur une tribune (ou scène, (37ju,a, 535 e), vêtus de costumes somptueux aux couleurs vives 5 , une couronne d'or en tête (535 d). Et leur jeu expressif, par lequel ils croyaient s'identifier aux héros dont ils contaient les aven- tures, faisait oublier au public qu'ils travaillaient pour un salaire (535 e). Transportés dans un monde merveilleux, les auditeurs étaient agités des mêmes émotions, diverses et profondes, qu'en écoutant les auteurs dramatiques (535 e).

Ion commentateur Mais Y Ion ne touche qu'accessoirement d'Homère. (535 b-e) à ce qui est la fonction essen-

tielle du rhapsode : la récitation des poèmes homériques. Ion se flatte aussi de commenter Homère, et de s'en acquitter avec plus d'abondance et d'éclat que personne. Cette tâche d'exégète lui semble faire partie de son art; il avoue que c'est elle qui lui a coûté le plus de peine (535 c-d). Et c'est sur elle que s'engage la discussion dont est fait le dialogue. Ion ne s'explique pas sur les occasions qui s'offrent à lui de dire tant de belles choses sur Homère. Ces commentaires accompagnent-ils ses récitations? Est-ce dans les fêtes, dans les concours de rhapsodes qu'il les développe? On songerait plutôt à des sortes d'iTzioeilztq, analogues à celles que don-

i. 3, 6.

a. Voir Nitzsch, o. I., p. 6. Dans Ion (536 b) l'expression cpôevÇrjTat [xéXoç, bizarre à première vue, s'explique par la comparaison que Socrate a dans l'esprit, et qu'il développe ensuite, avec les xopu6av-

TUÔVTEÇ.

3. Eustathe, o. L, u-ezptvovxo BpajAaTr/.ioxspov. A- Ion, 532 d, etc. Cf. Aristote, Poétique, 26, 1^62 a. 5. Ion, 537 d. De couleur pourpre, quand ils récitaient l'Odyssée ; rouge, quand ils récitaient Ylliade, d'après Eustathe.

�� �