Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/148

Cette page n’a pas encore été corrigée


247 c MÉNEXÈNE 102

« négligents et vils, nul ne vous fera bon accueil. Que ce « soit là notre exhortation à nos fils !

« Quant à nos pères, si nous les avons Consolation . » * •* * , ,

„„„ ™„«„+„ « encore, et a nos mères, il faut les

aux parents. '

a encourager sans cesse à supporter de

« leur mieux le malheur, si d'aventure il vient à les attein- « dre, au lieu de gémir avec eux ; car ils n'auront pas

d « besoin qu'on excite leur douleur : à lui seul y suffira « l'événement. Tâchons, au contraire, de guérir et d'adou- « cir leur peine, en leur rappelant que leurs principaux sou- « haits ont été exaucés par les dieux. Ce n'est pas l'immorta- « lité qu'ils souhaitaient à leurs fils, mais la vertu et la « gloire : or ils ont obtenu ces biens, les plus grands de tous ; « quant à tout voir, dans le cours de son existence, réussir « à son gré, c'est chose malaisée pour un mortel. En suppor- « tant bravement leurs malheurs, ils passeront pour être vrai- ce ment pères de braves, et pareils eux-mêmes à leurs fils ; s'ils

C a se laissent abattre, on les soupçonnera de ne pas être nos « pères, ou bien ce sont nos panégyristes qui sembleront « mentir ! . Ni l'un ni l'autre ne doit se produire ; mais c'est à « eux surtout d'être nos panégyristes par leur conduite, et « de faire voir aux yeux de tous, en se montrant des hom-

  • mes, qu'ils ont vraiment donné le jour à des hommes.

a Le dicton Rien de trop 2 a une vieille réputation de justesse : « c'est qu'en effet il est juste 3 . L'homme qui fait dépendre de « lui-même toutes les conditions capables de conduire au

248 a « bonheur ou dans son voisinage, sans les suspendre à d'autres

« dont les succès ou les revers condamneraient sa propre for- « tune à flotter à l'aventure, celui-là s'est préparé la vie la « meilleure; voilà l'homme sage, voilà l'homme brave et sensé ; « qu'il acquière richesses et enfants ou les voie disparaître, c'est

1. S'ils supportent convenablement leur infortune, ils prouveront qu'ils sont vraiment les pères de braves. Sinon, l'on pourra penser ou bien qu'ils ne sont pas nos pères (si nous sommes regardés comme des braves), ou bien que nous ne sommes pas des braves (s'ils sont regardés comme nos pères). Le raisonnement a une allure sophistique.

2. Maxime attribuée à un des sept sages ; elle était inscrite sur les murs du temple d'Apollon à Delphes, avec la maxime Connais-toi. Voir Protagoras, 343 a b.

3. Sur l'ensemble du raisonnement, voir la Notice, p. 73, et note 3.

�� �