Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/132

Cette page n’a pas encore été corrigée


241 d MÉNEXÈiNE 9 4

la Grèce. Nous avons donc le devoir de rappeler aussi ceux qui complétèrent les exploits de leurs prédécesseurs, et ache- vèrent l'œuvre de salut en purgeant et en débarrassant la mer de toute la gent barbare. C'étaient les combattants sur e mer de l'Eurymédon 1 , les soldats qui firent campagne contre Cypre 2 , ceux qui cinglèrent vers l'Egypte et vers bien d'autres contrées. Il faut rappeler leur souvenir, et leur savoir gré d'avoir obligé le Grand Roi, pris de peur, à se préoccuper de son propre salut, au lieu de machiner la ruine de la Grèce.

« C'est ainsi que notre cité tout entière

contniTGrèce. vint à bout de cette S uerre ' sout e™e

242 a contre les Barbares pour son propre

salut et pour celui des autres peuples de même langue. Mais la paix une fois faite, alors que notre cité était dans sa gloire, elle essuya le sort que les hommes se plaisent à infli- ger au succès : d'abord la rivalité ; puis, à la suite de la rivalité, l'envie ; et c'est ainsi que notre cité fut malgré elle mise en guerre avec la Grèce. Là-dessus, les hostilités ayant éclaté, ils en vinrent aux mains à Tanagra 3 avec les Lacédé-

b moniens, en combattant pour la liberté des Béotiens. La lutte resta incertaine, mais l'acte suivant fut décisif; l'ennemi se retira et partit, abandonnant ceux qu'il secou- rait ; les nôtres, vainqueurs au bout de trois jours à Œno- phytes, ramenèrent d'exil, conformément à la justice, les bannis injustement chassés. Ceux-là furent les premiers, après les guerres médiques, à défendre contre des Grecs la liberté grecque ; ils se conduisirent en hommes de cœur, et

c après avoir affranchi ceux qu'ils secouraient, ils furent, les premiers, déposés dans ce monument avec les honneurs publics.

« Plus tard, la guerre étant devenue

j nx? uerr6 x générale, quand tous les Grecs mar-

du Péloponnèse. & . , ' \ , .

cherent contre notre pays et le rava- gèrent, payant indignement à notre cité leur dette de

i. En 470 (ou 466). Les Athéniens et leurs alliés s'emparèrent de la flotte ennemie et anéantirent une escadre de secours (Thuc, I, 100).

2. En 4^9» les Athéniens et leurs alliés battirent devant Salamine (de Chypre) une escadre phénicienne et cilicienne (Thuc. , I, 112).

3. En juillet 457. Voir la Notice, p. 63, et note 2.

�� �