Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome V, 1.djvu/114

Cette page n’a pas encore été corrigée


235 c MÉNEXÈNE 85

faut que je ne croie habiter les îles des Bienheureux ; tant nos orateurs sont habiles !

Ménexène. — Tu ne perds aucune occasion, Socrate, de plaisanter les orateurs. Mais aujourd'hui, à mon avis, le personnage désigné aura fort peu de matière ; c'est tout sou- dainement que le choix 2 a été décidé, si bien que l'orateur sera probablement réduit à une espèce d'improvisation.

d . . Socrate. — Comment cela, mon bon?

aci 1 u Chacun de ces gens-là a des discours

tout prêts, et d'ailleurs l'improvisation elle-même, en pareille matière, n'a rien de difficile. S'il s'agissait de louer des Athéniens devant des gens du Pélopon- nèse, ou des Péloponnésiens devant des gens d'Athènes, il faudrait un bon orateur pour persuader l'auditoire et obtenir du renom. Mais quand on entre en lice devant ceux-là mêmes dont on fait l'éloge, il n'est point malaisé de passer pour un bon orateur.

Ménexène. — Tu ne le crois pas, Socrate ? Socrate. — Certes non, par Zeus ! e Ménexène. — Te croirais-tu capable de prendre toi-même la parole, s'il le fallait et que tu fusses choisi par le Conseil? Socrate. — Moi aussi, bien sûr, Ménexène, il ne serait point surprenant que je fusse en état de parler. J'ai la chance d'avoir pour maître une femme des plus distinguées dans l'art oratoire. Entre beaucoup de bons orateurs qu'elle a formés, il y en a même un qui est le premier de la Grèce, Périclès, fils de Xanthippe.

Ménexène. — Qui est-ce ? A coup sûr, c'est Aspasie que tu veux dire ?

Socrate. — C'est elle, en effet; ajoute

Aspasie, Connos, fils de Métrobios : voilà mes

236a d'éloquence. deux maîtres, l'un de musique, l'autre

d'éloquence. Qu'un homme ainsi dressé soit habile à la parole, rien d'étonnant. Mais n'importe qui, même avec une éducation inférieure à la mienne, formé à

i. Sur les îles des Bienheureux, voir Gorgias, 523 b sq.

a. Le choix lui-même n'a pas encore été fait (cf. 234 b), mais la décision de choisir a été prise. Le Conseil proposait un orateur à l'Assemblée, qui l'élisait par un vote à mains levées.

�� �