Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome II.djvu/48

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Hippias. — Écoute-moi donc, et sache que, si l’on te fait encore quelque objection, c’est que je ne connais rien à rien.

Socrate. — Parle vite, au nom des dieux !


Quatrième
définition.

Hippias. — J’affirme donc que, pour tout homme et en tout temps, ce qu’il y a de plus beau pour un mortel, c’est d’être riche, bien portant, honoré de toute la Grèce, de parvenir à la vieillesse après avoir fait à ses parents morts de belles funérailles, et de recevoir enfin de ses propres enfants de beaux et magnifiques honneurs funèbres.

Socrate. — Oh ! oh ! Hippias ; voilà certes un langage admirable, sublime, vraiment digne de toi ! Je t’admire, par Héra, d’avoir mis tant de bienveillance à me venir en aide dans la mesure de tes forces. Mais notre homme n’est pas touché : il se moquera de nous, et copieusement, sache-le bien.

Hippias. — Méchante moquerie, Socrate. S’il n’a rien à répondre et qu’il se moque, c’est de lui-même qu’il rira, et il sera moqué par les auditeurs.

Socrate. — Tu as peut-être raison ; mais peut-être aussi la réponse est-elle de nature à m’attirer de sa part, je le crains, autre chose que des moqueries.

Hippias. — Que veux-tu dire ?

Socrate. — Je veux dire que, s’il tient par hasard un bâton, et si je ne fuis pas assez vite pour me mettre hors d’atteinte, il essaiera certainement de me frapper.

Hippias. — Comment ? Cet homme est-il donc ton maître ? Et peut-il agir ainsi sans être traîné devant les tribunaux, et condamné ? N’y a-t-il pas de justice à Athènes ? Les citoyens peuvent-ils se frapper les uns les autres contrairement à tout droit ?

Socrate. — Rien de pareil n’est à craindre.

Hippias. — Il sera donc puni pour t’avoir frappé injustement.

Socrate. — Non, Hippias, ce ne serait pas injustement ; c’est à bon droit qu’il me frapperait, je crois, si je lui faisais cette réponse.

Hippias. — Je commence à le croire aussi, Socrate, quand je t’entends parler de la sorte.