Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome II.djvu/204

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Lachès. — C’est exact.

Socrate. — Je te disais donc que c’était ma faute si tu m’avais mal répondu, parce que ma question était mal posée. Je voulais en effet t’interroger non seulement sur le courage des hoplites, mais aussi sur celui des cavaliers et de tous les combattants en général ; non seulement sur celui des combattants, mais sur celui des hommes exposés aux dangers de la mer ; sur celui qui se manifeste dans la maladie, dans la pauvreté, dans la vie politique ; celui qui résiste non seulement aux maux et aux craintes, mais aussi aux passions et aux plaisirs, soit par la lutte de pied ferme, soit par la fuite, — car en toutes ces circonstances, Lachès, il y a bien, n’est-ce pas, des hommes qui se montrent courageux ?

Lachès. — Au plus haut point, Socrate.

Socrate. — Ainsi, tous sont courageux ; mais les uns exercent leur courage contre les plaisirs, d’autres contre les souffrances, ou contre les passions, ou contre les objets de crainte ; tandis que d’autres, en pareil cas, montrent de la lâcheté.

Lachès. — Certainement.

Socrate. — Ma question portait sur la nature du courage et de la lâcheté. Essaie maintenant de me dire, à propos du courage d’abord, ce qu’il y a d’identique dans toutes ses formes[1]. Saisis-tu ce que je veux dire ?

Lachès. — Pas tout à fait.

Socrate. — Je m’explique. Suppose qu’on t’interroge sur la nature de la vitesse : elle peut se trouver dans la course, dans le jeu de la cithare, dans la parole, dans l’étude, et, pour nous en tenir à ses emplois les plus notables, nous pouvons manifester cette qualité dans l’exercice de nos mains, de nos jambes, de nos lèvres, de notre voix, enfin de notre pensée. N’es-tu pas de cet avis ?

Lachès. — Parfaitement.

Socrate. — Suppose maintenant qu’on me demande :

  1. La recherche du caractère commun à toutes les différentes sortes du courage est la seconde démarche de l’induction socratique (ἐπαγωγή) en vue d’arriver à une définition. C’est ce caractère commun qui constitue l’idée générale, l’idée du « genre » auquel se rattache l’« espèce ». Toutes ces prétendues définitions de Lachès ne sont que des définitions incomplètes.