Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome II.djvu/164

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Nicias est bien connu par les récits de Thucydide et des historiens. Riche, généreux, modéré dans ses sentiments aristocratiques, il est le premier personnage d’Athènes après Périclès et, celui-ci mort, il n’a guère de rivaux, soit comme général, soit comme homme d’État. On sait avec quelle énergie, quoique général habitué à vaincre, il s’opposa au vote de la guerre contre Syracuse, et comment il finit par être obligé de prendre le commandement de l’expédition ; après une période de succès vinrent des revers qui aboutirent à une catastrophe pour l’armée et pour lui-même : il fut mis à mort par les Syracusains. Thucydide, qui apprécie sa prudence et son savoir militaire, lui reproche des scrupules religieux qui ralentirent la retraite à cause d’une éclipse et précipitèrent le désastre.

Lachès, moins célèbre que Nicias, est cependant représenté par Thucydide comme un bon général qui avait commandé avec honneur dans maintes circonstances pendant la guerre du Péloponnèse. Il fut tué en 418 à la bataille de Mantinée. Il ne semble pas qu’il fût de grande naissance : il n’est jamais question de ses ancêtres ; c’était un soldat de vocation, qui ne paraît pas avoir joué de rôle politique.

La scène se passe après la bataille de Délion (424), où Socrate a combattu sous les ordres de Lachès. Comme celui-ci est mort six ans plus tard, c’est très peu de temps après la bataille que le dialogue est censé avoir lieu. Socrate, né en 469, avait donc quarante-cinq ans environ ; il dit lui-même qu’il est plus jeune que les deux généraux et les prie pour cette raison de parler les premiers.



II

COMPOSITION ET SIGNIFICATION PHILOSOPHIQUE


La composition du dialogue est simple et harmonieuse.

Après le préambule, où Lysimaque expose l’objet de la réunion, et où le personnage de Socrate est vivement présenté, Nicias et Lachès, invités à donner leur avis, prennent la parole tour à tour, chacun dans un discours suivi. Les deux avis sont diamétralement opposés : Nicias approuve