Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome II.djvu/134

Cette page a été validée par deux contributeurs.

pas une connaissance ; ensuite, à supposer que ce soit possible, quel avantage nous aurions à le savoir[1]. » — « Examinons, » dit-il.


Examen du premier point : une science de cette sorte est‑elle possible ?

— « Je ne sais, Critias, si tu y verras plus clair que moi ; car, pour moi, je suis fort embarrassé. Veux-tu savoir pourquoi ? » — « Oui. » — « Si ta définition est juste, le tout revient à dire qu’il existe une certaine science n’ayant d’autre objet qu’elle-même et les autres sciences, et encore l’ignorance par-dessus le marché ? » — « Certainement. » — « Vois donc l’étrangeté de notre hypothèse : je crois qu’elle te paraîtra dénuée de sens si tu l’appliques à d’autres sujets. » — « Comment cela ? » — « Voici. Essaie d’imaginer une vue qui ne soit pas la vue des choses qu’aperçoivent les autres vues, mais une vue d’elle-même et des autres vues, et aussi des absences de vue : elle ne voit aucune couleur, bien qu’étant une vue, et ne perçoit qu’elle-même et les autres vues : est-ce possible ? » — « Assurément non. » — « Ou une ouïe qui n’entende aucun son, mais s’entende elle-même ainsi que les autres ouïes, et en outre les non-auditions ? » — « Pas davantage. » — « En un mot, prends toutes les sensations et cherche s’il en est une qui se perçoive et perçoive les autres sensations sans rien percevoir elle-même de ce que celles-ci perçoivent. » — « Je ne le crois pas. »

— « Et parmi les désirs, en est-il un qui, sans désirer aucun plaisir, se désire lui-même et désire en même temps les autres désirs ? » — « Non. » — « Ou une volonté qui, ne voulant par elle-même aucun bien, se veuille elle-même avec les autres volontés ? » — « Pas davantage. » — « Peux-tu citer un amour qui n’aime aucune beauté, mais qui aime à la fois lui-même et les autres amours ? » — « Non. » — « Ou une crainte qui ne soit la crainte d’aucun danger, mais seulement d’elle-même et des autres craintes ? » — « Je n’en

  1. L’utilité est toujours pour Socrate un critérium important de la vérité. Noter que ce point de vue était aussi le fond de la doctrine de Protagoras et qu’il répondait à une des tendances les plus essentielles de la pensée grecque en général. Même en morale, la considération de l’utilité domine : Socrate justifie la vertu par son utilité ; d’où la célèbre maxime : οὔτις ἑκών κακός.