Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome II.djvu/120

Cette page a été validée par deux contributeurs.

pas vous, enfants, qu’il enseigne, et n’écriviez-vous pas les noms de vos ennemis aussi bien que les vôtres ou ceux de vos amis ? » — « Assurément. » — « Faut-il en conclure que vous étiez des brouillons dénués de sagesse quand vous faisiez cela ? » — « Pas le moins du monde. » — « Cependant, vous faisiez des actes qui ne vous concernaient pas, si du moins la lecture et l’écriture sont des actes. » — « Ce sont des actes, très évidemment. » — « Et le fait de guérir, de bâtir, de tisser, de pratiquer un art quelconque, est un acte aussi. » — « Sans doute. » — « Mais alors, dis-je, estimes-tu que, dans une cité bien ordonnée, la loi doive prescrire à chacun de tisser et de laver ses propres vêtements, de fabriquer ses chaussures, et aussi ses fioles, ses étrilles, et tout le reste, sans jamais s’occuper des objets du voisin, sans jamais agir ni rien faire que pour son usage personnel ? » — « Ce n’est pas mon avis, » dit-il. — « Cependant, la cité bien ordonnée est celle où règne la sagesse. » — « Oui. » — « Donc la sagesse ne consiste pas à se conduire ainsi et à faire ses propres affaires de cette façon. » — « Il semble que non. »

— « C’était donc parler par énigme, comme je le disais tout à l’heure, que d’affirmer que la sagesse consiste à faire ses propres affaires : autrement ce langage eût été trop absurde. Est-ce donc un sot qui t’a donné cette définition ? » — « Pas le moins du monde, reprit Charmide ; c’était au contraire un homme qui a la réputation d’être fort habile. » — « C’est donc bien une énigme qu’il te proposait, en se rendant compte qu’il est difficile de savoir ce que signifient ces mots, faire ses propres affaires. » — « Peut-être, » dit-il. — « Qu’entends-tu toi-même par là ? Ne peux-tu me l’expliquer ? » — « J’en serais fort en peine, pour ma part ; mais peut-être l’auteur lui-même n’a-t-il pas très bien su ce qu’il voulait dire. » Tout en parlant, Charmide souriait, et lançait un regard vers Critias.


Intervention de Critias.

Critias, qui donnait depuis quelque temps des signes d’agitation, et qui, tout en prenant des airs avantageux devant Charmide et les autres, avait peine à se dominer, ne put y tenir plus longtemps. Il me paraît en effet de toute évidence