Page:Planton - Des accidents qui peuvent survenir pendant et après les opérations.djvu/12

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 14 —


L’ignorance, la distraction, l’imprudence, la maladresse de l’opérateur ou de ses aides et mille circonstances que rien ne peut faire prévoir, sont autant de sources d’accidents qu’on ne saurait méconnaître.

Ainsi une erreur de diagnostic a fait plonger le bistouri dans une tumeur herniée prise pour une collection purulente.

La maladresse, le manque d’habitude du maréchal font maintenir le fer chaud sur le pied pendant trop longtemps et exposent ainsi les animaux à des brûlures au pied qui sont quelquefois très-graves. Une lenteur trop grande à donné lieu quelquefois à de graves hémorrhagies, dans l’ablation des tumeurs érectiles, cancéreuses, etc. Au contraire une précipitation imprudente peut produire dans certains cas des accidents fâcheux, tels que les lésions de l’intestin dans l’opération de la hernie étranglée ou l’ouverture d’une grosse veine et la pénétration de l’air, dans les opérations faites au voisinage de la poitrine.

L’ignorance, l’inattention des aides sont des circonstances également fâcheuses dans la pratique des opérations. Ainsi lorsqu’un animal est couché et fixé pour une opération quelconque, il se peut que l’animal se fracture quelques vertèbres pendant les mouvements extraordinaires auxquels il se livre, si la tête n’est pas tendue parallèlement au dos. Les instruments dont on se sert dans une opération ont aussi quelquefois leur part dans la production des accidents. C’est ainsi, qu’en voulant repousser un corps étranger arrêté dans l’œsophage, la sonde œsophagienne peut se briser dans ce conduit et occasionner des suites funestes. Les instruments dont le tranchant est en mauvais état obligent l’opérateur à employer une force insolite dont il ne peut bien calculer les effets, et peuvent occasionner