Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Pédagogie Sportive, 1922.djvu/116

Cette page a été validée par deux contributeurs.
114
pédagogie sportive

trouveront leur compte. Il n’est pas jusqu’à l’aviron et l’équitation dont certains mouvements exécutés à terre ou sur une chaise ne servent fort bien la préparation musculaire.

ii

La question des sports féminins s’embrouille de ce que la campagne féministe y apporte de passion et d’expressions exagérées. Les dirigeants de cette campagne prétendent volontiers à l’annexion de tout ce qui était jusqu’ici du domaine de l’homme ; d’où la tendance à se montrer capable d’égaler l’homme en toutes choses. C’est ainsi qu’en sport, les femmes font appel à la force nerveuse pour atteindre aux résultats obtenus par la force musculaire de leurs rivaux masculins. Quels seront les inconvénients ou les dangers d’un semblable état de choses le jour où il aura achevé de se répandre ? Or sa diffusion s’opère en ce moment avec une grande rapidité… Je dirai très franchement ici toute ma pensée : rien de sérieux ni de durable n’est à craindre si se trouve observée la règle unique qui domine toute la question : pas de spectateurs. Le spectateur sportif a toujours besoin d’être surveillé moralement. Il faut savoir ce qu’il cherche et pourquoi il est là. Mais tandis que, pour les concours masculins, la grande majorité est là pour le sport en sorte que les brebis galeuses perdues dans la masse peuvent être négligées, il en ira toujours autrement des concours féminins. Techniquement, les footballeuses ou les boxeuses qu’on a déjà tenté d’exhiber çà et là ne présentent aucun intérêt ; ce seront toujours