Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - La Nature Notes sur le foot-ball, 1897.djvu/4

Cette page a été validée par deux contributeurs.
365
LA NATURE.

que gagnait le rôle du capitaine ; sur lui reposait la plus grande part de responsabilité. Son initiative devenait trop puissante : les autres étaient réduits à une obéissance trop absolue. Ce qui est admirable dans le foot-ball, c’est le perpétuel mélange d’individualisme et de discipline, la nécessité pour chaque homme de raisonner, de calculer, de se décider pour lui-même et en même temps de subordonner ses raisonnements, ses calculs, ses décisions à ceux du capitaine. Il n’est pas jusqu’au sifflet de l’arbitre l’arrêtant pour une « faute » qu’un camarade a commise et qu’il n’a pas même aperçue, qui n’exerce sa patience et sa force de caractère. Ainsi compris, le foot-ball est, par excellence, l’image de la vie, une leçon de choses vécue, un instrument pédagogique de premier ordre.

Fig. 2 — Une partie de foot-ball : l’engagement.

Aux États-Unis même, on n’a pas tardé à se rendre compte des inconvénients de la méthode Deland et on l’a quelque peu délaissée. Si je l’ai rappelée ici, c’est que rien ne prouve mieux à quel point le foot-ball est un jeu scientifique : le seul fait d’avoir pu lui faire subir une pareille transformation en lui appliquant les principes de la stratégie militaire, établit péremptoirement son caractère « intellectuel ». En tout ceci, je n’ai parlé que du jeu dit de Rugby : le foot-ball se joue aussi sous d’autres

Fig. 3 — Une « mêlée » au foot-ball.

règles appelées règles d’Association. L’Association est un sport très élégant, plein de finesse, mais qui ne saurait être comparé au Rugby. Il est interdit de toucher le ballon avec les mains, de le porter… c’est en somme un « ballon au pied » habilement réglementé, mais ne comportant pas les combinaisons et les péripéties du Rugby. Et maintenant ce Rugby, qui porte le nom du célèbre collège d’Angleterre d’où partit, voici cinquante ans, la grandiose réforme pédagogique de Thomas Arnold, ce Rugby n’est-il, comme on l’a prétendu, qu’un dérivé de la soule ? La soule était jadis en grand honneur parmi les paysans de Normandie, et les descriptions qui sont parvenues jusqu’à nous donnent l’impression d’un furieux plaisir auquel prenaient part, d’enthousiasme, des villages entiers. Mais je dois dire que je n’ai aperçu nulle part la trace de ce qui rend les combinaisons du moderne foot-ball si variées et si captivantes, je veux dire une réglementation scientifique.

Si les Français savaient le rôle de l’intelligence et de la volonté, la part de l’esprit et du caractère dans la plupart des sports, ― et dans celui-ci en particulier, ― avec quel entrain ils y pousseraient leurs enfants ! Mais le Français est un grand sceptique : saint Thomas est son patron. Il faut qu’il touche du doigt… On ne peut pourtant pas rendre le foot-ball obligatoire pour tous les hommes valides à partir de