Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1905.djvu/245

Cette page n’a pas encore été corrigée
233
de france

celle de 1792 et de 1796 en France, était républicaine ; la suivante fut napoléonienne. De nos jours, on n’imagine guère l’armée allemande faisant abstraction de son kaiser ni l’armée suédoise de ses princes. Au contraire, l’armée française actuelle est, avant tout, française. Une tentative malencontreuse en vue de lui enlever ce caractère qui fait sa force n’a pu aboutir. Bien des faits dont le monde s’est étonné depuis trente ans s’expliquent de cette façon. Et c’est aussi la raison pour laquelle des officiers d’origines, de traditions et de convictions opposées ont pu collaborer, dans une intimité robuste et confiante, au développement de la force nationale. Tels étaient, parmi beaucoup d’autres, les généraux dont nous venons d’évoquer le souvenir et en qui il convient de saluer des serviteurs sans peur et sans reproche de la France moderne.