Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1905.djvu/116

Cette page n’a pas encore été corrigée
104
la chronique

aient survécu de la civilisation latine. La période dite « byzantine » qui s’ouvrit ensuite, paraît avoir été hésitante et marquée, de la part des Grecs, par de faibles efforts : ils se concentrèrent autour de Çeuta. Quand l’approche des Wisigoths fut connue, Justinien chargea Bélisaire de défendre contre eux le détroit de Gibraltar mais les barbares, sous la conduite de Swinthilla, réussirent à le franchir en 621 et s’emparèrent de Tanger. Le christianisme avait été plus fortement implanté qu’on ne l’a cru dans la portion du pays sur laquelle s’était étendue la domination romaine, à savoir en de-ça d’une ligne allant de Rabat à Fez ; mais l’Église s’était vue en proie à des dissensions intestines ; schismes et hérésies s’étaient succédé, amenant parfois des troubles sociaux ; les « circoncellions », par exemple, avaient par leur rage destructive causé beaucoup dédommages dans la Tingitane.

Les musulmans ne tardèrent pas à paraître. Ils trouvèrent les Latins groupés aux environs des places fortes, les Goths d’Espagne établis à Tanger et tout l’intérieur aux mains de tribus berbères indépendantes et sans cesse en guerre les unes avec les autres. Les premières bandes ne