Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1904.djvu/196

Cette page n’a pas encore été corrigée


ix

L’EXPOSITION DES PRIMITIFS
FRANÇAIS

Cette exposition — inattendue de ceux qui ne sont pas spécialement versés dans les questions d’art — a été l’objet d’une vive curiosité et a laissé au public français une impression de satisfaction très marquée. On est toujours content de se découvrir une lignée d’ancêtres dont les traces avaient été perdues et dont les hauts faits vous honorent. À vrai dire il eut été facile de conclure avec certitude à l’existence desdits ancêtres avant que de les avoir retrouvés : un peu comme le navigateur Bougainville précisa, sans parvenir à la vérifier, la position de la Nouvelle Calédonie,