Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1903.djvu/90

Cette page n’a pas encore été corrigée
76
la chronique

Les Bleus de Bretagne.

Il le fut. L’Association dite des Bleus de Bretagne avait là une trop belle occasion de se mettre en avant et d’en tirer profit au mieux de ses intérêts, pour la laisser échapper. Cette association se propose, comme c’est son droit, de travailler à répandre les idées républicaines en Bretagne. Peut-être sa dénomination n’est-elle pas très heureusement choisie ; il n’est jamais bon de renouveler les souvenirs de guerre civile autrement que par les pacifiants travaux qui s’opèrent dans les bibliothèques et les dépôts d’archives. Se grouper en « Bleus » c’est, après tout, suggérer à ceux qui pensent différemment de former une société de « Chouans », et l’on ne voit pas ce que les rivalités d’opinions, qui sont chose saine pour une démocratie, gagnent à s’étiqueter de la sorte, à rénover des querelles qui se poursuivirent à coups de canon et se terminèrent dans l’incendie et le sang ; entre citoyens d’une même nation, appartenant simplement à des partis politiques opposés, il y a des moyens de discuter plus opportuns et moins dangereux. Hâtons-nous d’ajouter que l’Association des Bleus de Bretagne