Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1903.djvu/55

Cette page n’a pas encore été corrigée
41
de france

Après cela on continuera sans doute de broder sur ce thème de l’union latine, surtout dans les discours d’après dîner parce qu’il n’en est pas qui soit plus attrayant et soulève plus sûrement les bravos des gens bienveillants. L’inconvénient sera minime si l’action ne suit pas le geste.