Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1903.djvu/194

Cette page n’a pas encore été corrigée
180
la chronique

justifier. Il faut reconnaître d’ailleurs que cet acte de barbare répression supprima pour jamais le misérable esprit de cabale dont la colonie avait tant souffert.

La domination espagnole et le retour à la France.

La domination espagnole dura trente-trois ans et fut heureuse. Des hommes remarquables se succédèrent à la Nouvelle Orléans comme gouverneurs. Ils n’entreprirent pas d’hispaniser la Louisiane ; ils maintinrent des français à la tête des affaires et n’eurent d’autre préoccupation que de travailler à sa prospérité. Dans cette partie du monde où la puissance espagnole était encore si considérable, la chose leur était plus aisée qu’aux gouverneurs français isolés et privés de tout secours. Sous leur habile et sage direction, la colonie se peupla donc et s’enrichit sans être forcée de rien sacrifier des caractéristiques nationales auxquelles elle tenait tant. Les impôts étaient légers : c’était en somme le Mexique qui payait les frais de gouvernement et d’autre part la surveil-