Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1903.djvu/176

Cette page n’a pas encore été corrigée
162
la chronique

de gala à l’opéra français. Le lendemain, dimanche 20, une grand messe pontificale a été chantée à la cathédrale de Saint-Louis et suivie du Te Deum. Un discours « in honor of the day » a été adressé au peuple du balcon du Cabildo et à la chute du jour, selon une coutume chère aux Américains, le drapeau étoile a été salué dans Jackson square par des salves d’artillerie.

L’événement dont l’anniversaire était ainsi célébré exerça sur les destinées de la grande république transatlantique une influence considérable que ses historiens, après l’avoir longtemps négligée, ont fini par reconnaître. Mais la France, de son côté, ne saurait en évoquer le souvenir sans émotion. C’est elle, après tout, qui a créé la Louisiane et a jeté les premiers fondements de sa prospérité future. À ce titre, notre chronique de 1903 se devait de consacrer un chapitre à l’œuvre lointaine accomplie sur les rives du Mississipi par la France d’autrefois.

Les origines.

La vallée Mississipienne dans sa partie méridionale, fut découverte par Fernand de Soto,