Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1903.djvu/174

Cette page n’a pas encore été corrigée
160
la chronique

satisfaire, sans doute, les légitimes ambitions d’un grand peuple mais c’est de quoi écarter de son esprit toute crainte de funérailles prématurées.