Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1903.djvu/173

Cette page n’a pas encore été corrigée
159
de france

objections qu’on y a formulées en ont plutôt accru la valeur. Car ces objections n’ont fait apparaître aucun obstacle fondamental. Elle reste, en tous les cas, la plus sérieuse et la plus ingénieuse de toutes les solutions mises en avant pour accroître, par une combinaison légale, la natalité française.

Chiffres rassurants.

L’avenir établira si en pareille matière, les moyens légaux sont susceptibles d’une action prompte et durable. Mais en admettant même que la France ne fasse aucun effort sérieux pour enrayer le mal et que l’état de choses actuel se prolonge, le nombre des Français d’Europe, c’est-à-dire de ceux de France, de Belgique, de Lorraine et de Suisse ne saurait être inférieur, dans cinquante ans, à 50 millions. Au train dont vont les choses, les Canadiens Français, à cette époque, compteront pour une vingtaine de millions et les Français d’Algérie pour deux à trois. Avec les indigènes francisés des colonies, la langue française peut parfaitement être parlée vers 1950 par plus de cent millions d’hommes. Ce n’est pas de quoi