Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1903.djvu/170

Cette page n’a pas encore été corrigée
156
la chronique

servé serve avec quelques tempéraments. Il existe en Russie pour les enfants mâles, en Belgique et Hollande, en certaines parties de l’Espagne, du Portugal, de la Suisse et de la Turquie, Le Play a résumé ses méfaits en lui reprochant d’engendrer : l’écrasement de la petite propriété, le renouvellement périodique des entreprises, le morcellement des exploitations rurales, la destruction de l’autorité paternelle, la stérilité des mariages, l’oppression des gens de loi, l’encouragement à l’oisiveté pour les classes aisées, l’incapacité de coloniser. Il y a assurément quelque exagération dans cette sévérité, mais en ce qui concerne le malthusianisme et la fainéantise, toute hésitation a disparu ; l’opinion s’accorde de plus en plus avec Le Play pour en rendre responsable le système du partage forcé.

C’est là ce qui a amené un officier français de grand mérite, le lieutenant-colonel Toutée, à formuler la proposition la plus inattendue et la plus géniale qui ait jamais vu le jour sur un pareil sujet. Cette proposition ne vise à rien moins qu’à créer un quatrième type de régime successoral qu’on pourrait appeler le « partage proportionel ». Le colonel Toutée a rédigé ainsi que suit l’article