Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1903.djvu/157

Cette page n’a pas encore été corrigée
143
de france

ment leur puissance d’assimilation : par la théière, le club, la bible et le lawn tennis ils ont conquis le monde.

En résumé, les faits prouvent journellement que les étrangers établis chez nous aiment la France mais se francisent difficilement et cette particularité s’explique par la nature même du génie français très respectueux des personnalités et soucieux de ne point en entamer l’intégrité. Notre pouvoir assimilateur peut être grand mais, par là, il se trouve presque complètement annihilé.

Pourquoi notre langue dominerait-elle ?

Il existe, sans doute, beaucoup d’arguments pour démontrer la valeur linguistique du français. Même si l’on n’est point d’accord avec M. Novicow pour estimer les langues analytiques plus parfaites que les langues synthétiques, les mérites du français sont certains. La dimension agréable des mots, la juste pondération entre les voyelles et les consonnes, l’absence d’accentuation constituent des avantages que chacun peut apprécier. Ces avantages se trouvent compensés