Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1903.djvu/126

Cette page n’a pas encore été corrigée


vi

EN ALGÉRIE

« Quiconque a pu voir les prodigieux travaux exécutés en Algérie n’éprouvera que de la pitié pour ceux qui, en présence de toutes ces œuvres admirables, oseraient prétendre que les Français ne savent pas coloniser ». Ainsi s’exprime le célèbre voyageur allemand Rohlfs ; l’impression est identique chez Tchihatcheff et chez d’autres étrangers compétents. En fait, ce sont principalement les Français qui disent du mal de l’Algérie par une vieille habitude d’esprit peut-être justifiée autrefois, mais à coup sûr, injustifiée aujourd’hui.