Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/32

Cette page a été validée par deux contributeurs.
20
la chronique

qui ne sont pas utilisables dans l’art de la guerre et précisément les budgets militaires étaient assez considérables pour permettre d’expérimenter, de modifier, d’améliorer sans cesse et d’entretenir ainsi le zèle des travailleurs et des chercheurs. En dernier lieu, intervinrent les expéditions coloniales, la conquête de la Tunisie, celles du Tonkin, du Dahomey, de Madagascar, véritables soupapes par où s’échappa l’ardeur comprimée des impulsifs.

L’Apogée.

On atteignit de la sorte l’heure où la conclusion de l’alliance Franco-russe vînt compléter l’effet déjà produit sur le moral de l’armée par la stabilité du régime républicain, la défaite du boulangisme et les succès de l’Exposition de 1889. Jusque-là, la République n’avait pas joui de beaucoup de prestige dans les milieux militaires, et comment s’en étonner ? Commandés par des officiers dont la plupart — dans les grades supérieurs au moins — avaient servi sous l’aigle impériale, groupés autour de drapeaux sur les-