Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/222

Cette page a été validée par deux contributeurs.
210
la chronique

Télégraphie sans fil.

La « télégraphie sans fil » provient, sans doute, des expériences faites par Hertz en 1888 pour vérifier la théorie de Maxwell et qui aboutirent à la découverte des ondes électro-magnétiques appelées ondes hertziennes. Mais c’est un Français, M. Branly, qui en rendit l’utilisation possible, en découvrant, à son tour, la radioconduction et en inventant le radioconducteur. Le problème de la télégraphie sans fil, tel qu’il se présente actuellement, est double ; il s’agit d’étendre considérablement la limite des communications et, pour cela, d’obtenir des appareils de plus en plus sensibles, et, d’autre part, il faut trouver le moyen d’assurer le secret des dépêches en empêchant qu’elles ne soient interceptables par quelque appareil placé en travers des ondes hertziennes. Sur le premier point, on est déjà arrivé à des résultats très appréciables et il convient de citer les travaux remarquables du lieutenant de vaisseau Tissot et de M. Ducretet qui se sont associés, en diverses circonstances, à l’ingénieur russe Popoff. Mais, sur le second point, les tâtonnements n’ont pas encore abouti et un